Occupée à partir du XVIIe siècle, la Réunion peut être fière de son architecture, y compris si le béton a pris le dessus depuis la fin des années 1940. Aujourd’hui, ces constructions qui ont abrité les premiers habitants de l’île, hommes, femmes, enfants offrent à la jeune génération de Réunionnais un héritage architectural riche. Voici la première partie d’une chronologie de l’architecture réunionnaise signée Anne Mestre, professeur à l’Éducation nationale.

 

La hutte des premiers colons :

C’est la première forme d’habitat réunionnais, dans les années 1660-1670. Les matériaux utilisés répondent à une logique de survie.

 

 

 

 

La paillotte :

Lors de leur installation dans l’île à la fin du XVIIe siècle et dans les premières années du XVIIIe siècle, colons et esclaves bâtissent des maisons à l’aide de troncs et de branches couverts de feuilles récupérées dans les savanes ou les forêts environnantes. Le plan est rectangulaire, la cuisine est extérieure. Ce sont les toutes premières cases de l’île de la Réunion ! L’utilisation de matériaux d’origine végétale dans l’habitat populaire traditionnel perdure jusqu’au milieu du XXe siècle.

 

 

 

 

La case en bois :

Au XVIIIe siècle, tandis que se développe la culture du café et des épices, les colons bâtissent des maisons en bois, reposant sur un vide sanitaire. Ce changement va entraîner le déboisement des forêts de l’île Bourbon, méthode abandonnée par la suite au profit de l’utilisation de bardeaux.

 

 

 

 

La maison des planteurs de café :

Au XVIIIe siècle, les planteurs de café bâtissent des maisons au plan rectangulaire, dit « plan massé », couvertes d’une toiture à quatre pans, ou « toiture à la française ». Ces gros cubes en bois présentent souvent un aspect rustique, au diapason avec la société rurale. À ce propos, le gouverneur Mahé de Labourdonnais avait alors baptisé la Réunion « le grenier des Mascareignes ».

 

 

 

 

La maison pavillon :

Avec une, deux ou trois portes et deux fenêtres, la maison pavillon apparait à la Réunion au XVIIIe siècle. Cette maison avec façade, on la trouve notamment dans quelques bourgs ruraux et villages du sud de l’île. Elle est habitée par la petite bourgeoisie, qui peut ainsi mettre en avant son aisance financière.

 

 

 

 

 

La maison à la française :

Les premiers citadins de la Réunion s’installent à Saint-Paul, Saint-Louis, Saint-Benoît, Saint-Pierre ou encore Saint-Denis et y construisent des maisons rectangulaires avec une façade principale équipée de deux fenêtres, typiques de l’architecture métropolitaine !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *