Particulièrement emblématique de l’architecture réunionnaise, la varangue est pour ainsi dire un espace entre deux eaux. Située entre le jardin et l’intérieur de la case créole, cette pièce sert d’extension, de lieu de passage, d’accueil, mais également de rassemblement. Voici ce qu’il faut retenir sur ce qu’on appelle aujourd’hui un peu moins poétiquement la véranda.

Parmi les incontournables de l’architecture réunionnaise, citons la varangue. Son étymologie est intéressante, puisque ce terme provient du portugais varango (loggia sur l’arrière des galions), mais également du vieux français « varangue ». C’est vers le début du 18e siècle qu’elle commence à épouser harmonieusement les cases les plus cossues. Dans un premier temps, pour protéger les pièces du soleil, tout en exprimant indirectement la richesse des propriétaires, quelle que soit sa forme. Ouverte, fermée, à colonnes, sans colonnes, elle possède autant de visages que de propriétaires.

Inspirée de l’architecture coloniale portugaise, au fil du temps, elle se transforme en pièce à vivre, avec un décor, des meubles en bois et en rotin, dont le fameux fauteuil de repos créole, au dossier canné fortement incliné, des fleurs…de quoi adoucir l’humeur des visiteurs et des propriétaires des lieux.

Varangue, un espace extérieur, mais protégé

Espace rectangulaire, avec de nombreuses ouvertures, la varangue est une galerie couverte située devant la maison créole pour faire office de façade, tandis qu’elle est ornée de lambrequins. Dans certains cas, elle peut s’étendre sur deux côtés ou faire le tour de la bâtisse. Quoi qu’il en soit, sa fonction est de permettre à ses occupants de se protéger de la pluie, du vent et du soleil.

Prolongement du salon, mais également du jardin, il y règne une atmosphère apaisante, fraîche, grâce à sa disposition en enfilade. Disposée de manière à laisser passer l’air, il fait bon s’y assoir, quelle que soit l’heure de la journée.

Aujourd’hui la varangue est plus communément appelée véranda. D’ailleurs, son installation est soumise à réglementation (déclaration préalable de travaux, demande de permis de construire etc.). Vous pouvez prendre connaissance des différentes dispositions auprès des autorités de votre lieu de résidence. S’ajoute à cela une incidence fiscale, la véranda étant considérée comme une extension de la surface habitable.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *