Articles

Depuis le 1er janvier 2024, le taux plafond auquel les banques sont autorisées à prêter de l’argent a de nouveau augmenté. IFF Transaction vous explique les tenants et aboutissants du taux maximum légal que les établissements de crédit sont autorisés à pratiquer lorsqu’ils vous accordent un prêt.

Rappel sur le taux d’usure

Le taux d’usure constitue une protection instaurée par l’État afin d’éviter tout abus de la part des établissements de crédit, assurant ainsi la préservation des emprunteurs contre des conditions financières excessives. Il représente le taux annuel effectif global (TAEG) maximal auquel un établissement de crédit est autorisé à proposer un prêt à un particulier. Tout prêt offert à un taux supérieur à ce seuil est considéré comme usuraire.

Fixé par la Banque de France, le taux d’usure est déterminé en fonction du type de prêt, du montant emprunté, et de la durée de l’emprunt. Pour les crédits immobiliers et les prêts destinés à des travaux d’un montant dépassant 75 000 euros, le taux d’usure est classifié en cinq catégories distinctes :

  • Les prêts à taux fixe d’une durée inférieure à 10 ans ;
  • Les prêts à taux fixe d’une durée comprise entre 10 ans et moins de 20 ans ;
  • Les prêts à taux fixe d’une durée de plus de 20 ans ;
  • Les prêts à taux variables ;
  • Les prêts relais.

Le calcul du taux d’usure pour une catégorie spécifique de prêt s’effectue en prenant le taux effectif moyen pratiqué par les établissements de crédit au cours d’un trimestre, auquel on ajoute un tiers.

Quel est le taux d’usure actuel ?

Suite au taux effectif moyen appliqué par les établissements de crédit entre octobre, novembre et décembre 2023, fixé à 4,51 % pour les crédits immobiliers d’une durée de 10 à 20 ans, le taux d’usure applicable à partir du 1er janvier 2024 s’élève à 6,01 %.

Taux pour les crédits immobiliers et prêts pour travaux d’un montant supérieur à 75 000 euros
TAUX EFFECTIF MOYEN PRATIQUE AU COURS DES 3 DERNIERS MOIS Taux d’usure applicable au 1er janvier 2024
Prêts à taux fixe d’une durée inférieure à 10 ans 3,4% 4,53%
Prêts à taux fixe d’une durée comprise entre 10 ans et moins de 20 ans 4,51% 6,01%
Prêts à taux fixe d’une durée de 20 ans et plus 4,72% 6,29%
Prêts à taux variable 4,22% 5,63%
Prêts relais 4,76% 6,35%

Le taux d’usure est de nouveau calculé chaque trimestre

Depuis le 1er janvier 2024, la mise à jour trimestrielle du taux plafond auquel les banques peuvent accorder des prêts est de nouveau entré en vigueur. La Banque de France a annoncé que le taux d’usure pour les crédits immobiliers à taux fixe de 20 ans et plus atteindra 6,29 % au cours du 1er trimestre 2024, comparé à 6,11% pour les prêts contractés en décembre 2023. Cette hausse est significative, étant donné que le taux d’usure pour ces mêmes crédits était de 3,57 % au 1er janvier 2023, marquant une augmentation de 2,72 points en un an.

À noter que la révision mensuelle du taux d’usure a été mise en place entre février et décembre 2023. Cette mesure vise à maintenir l’objectif de protection des emprunteurs tout en évitant que le taux d’usure ne devienne un facteur de rationnement de l’offre de crédit. Cette démarche a été entreprise pour offrir un certain soulagement aux candidats à l’emprunt, pris entre le taux d’usure, initialement conçu comme un rempart contre des taux bancaires excessifs, et les grilles de taux de plus en plus élevées des établissements bancaires. Ces derniers ont été contraints d’ajuster leurs tarifs en raison du coût croissant de leur refinancement auprès de la BCE, qui a réagi à l’inflation en augmentant ses taux d’intérêt directeurs.

Quelles sanctions en cas de dépassement du taux d’usure ?

L’article L341-50 du Code de la consommation énonce les sanctions applicables aux organismes de crédit qui dépassent le taux d’usure. Le dépassement de ce taux expose les contrevenants à des peines sévères, notamment une peine d’emprisonnement pouvant atteindre 2 ans et une amende pouvant s’élever à 300 000 euros. En outre, la condamnation peut entraîner d’autres sanctions, telles que l’interdiction d’exercer certaines activités professionnelles pour une période maximale de 5 ans.

(Source de cet article : Taux d’usure : voici le taux maximal auquel il est possible d’emprunter depuis le 1er janvier 2024)

L’achat d’un bien immobilier, qu’il s’agisse du tout premier ou que vous soyez rôdé à l’exercice, est toujours susceptible de provoquer quelques déceptions. Cela, si cet investissement est mal préparé. Pour éviter toute déception, voici les conseils de professionnels, auxquels nous ajoutons notre propre recommandation : faites-vous toujours accompagner par un agent immobilier !

Quelles sont les mauvaises surprises rencontrées par les propriétaires ?

Bonne question que voilà et le dernier baromètre QUALITEL 2022. Réalisée en partenariat avec IPSOS, l’étude s’est intéressée à cet aspect crucial de l’accession à la propriété. On y apprend que plus des 2/3 des propriétaires interrogés ont dû faire face à au moins une déception à leur installation pour la première fois dans leur bien immobilier fraîchement acquis.

Plus important, 68 % disent avoir été gênés par des éléments invisibles lors des visites. Le top 5 du baromètre :

  • Le froid l’hiver, pour 17 % ;
  • Le bruit des voisins, pour 16 % ;
  • La chaleur l’été, pour 13 % ;
  • Le bruit de la rue, pour 12 % ;
  • Les charges, les dépenses, pour 11 %.

Deux chiffres supplémentaires qui font réfléchir :

  • 45 % des propriétaires qui ont eu de mauvaises surprises sur les charges n’avaient pas été attentifs à la classe du DPE ;
  • Pour 32 %, c’était sur l’isolation acoustique, car ils n’avaient pas été attentifs aux nuisances sonores.

Comment éviter d’être déçu après avoir acheté un bien immobilier ?

Avec une très bonne préparation en amont, de préférence grâce à un accompagnement adéquat. Nous parlons ici d’un agent immobilier réputé pour la qualité de ses services et son professionnalisme.

Toujours visiter le bien immobilier et à plusieurs reprises

Il peut arriver qu’à certaines périodes les biens à vendre se fassent rares. Cela ne doit pas empêcher les futurs acquéreurs de prendre tout leur temps pour visiter les biens qui les intéressent. Nous conseillons également de visiter chaque bien à plusieurs reprises, à différents moments de la journée.

Cela permet, par exemple, d’avoir une idée du niveau de bruit durant la journée, de la température dans les chambres le soir, etc.

Ne pas hésiter à négocier le prix avec le vendeur

Il n’est pas rare de négocier le prix d’un bien immobilier en vente à la baisse. Ceci, par exemple, parce que le bien présente de nombreux travaux de réparation à faire. Toujours si l’on prend cet exemple, l’économie réalisée permet une bonne préparation financière pour lesdits travaux, sans surprise et stress une fois installé !

Trouver un agent immobilier qui sache écouter

Dernier point et non des moindres, pour éviter d’être déçu d’un achat, il faut choisir un agent immobilier qui possède un vrai sens de l’écoute ! Celui-ci doit se soucier réellement des objectifs de ses clients, mais également de leurs rêves. Tout en ayant une très bonne connaissance de la région où se situe le bien.

Idéalement, il doit travailler sur le marché depuis deux ou trois ans, un point essentiel si l’on prend en considération les nombreux changements que le marché immobilier a connus récemment.

En cas de question, il doit être capable d’apporter des réponses dans les 24 à 48 heures.

Chez IFF Transaction, quel que soit votre projet immobilier, notre équipe compétente et dynamique est à votre disposition pour vous accompagner à toutes les étapes !

Si vous souhaitez devenir propriétaire, vous allez naturellement devoir choisir entre un logement appartenant au marché de l’ancien et un bien neuf. Si l’un comme l’autre possède ses propres avantages et inconvénients, concentrons-nous sur les bonnes raisons d’acheter une maison, un studio ou un appartement récemment construit.

Qu’appelle-t-on un bien immobilier neuf ?

Pour reprendre la définition de l’article 257, I, 2, 2° du code général des Impôts sur les biens neufs : « Sont considérés comme immeubles neufs, les immeubles qui ne sont pas achevés depuis plus de cinq années, qui résultent d’une construction nouvelle ou de travaux de rénovation portant sur des immeubles existants qui ont consisté en une surélévation ou qui ont rendu à l’état neuf. »

Comme prévu par l’article BOI-IR-RICI-360-10-10, n°20 et 30 du Bofip, « un bien est considéré comme neuf pendant les 5 premières années qui suivent la fin de sa construction. Passé ces 5 années, le bien sera alors qualifié d’ancien. »

Quels sont les avantages à acheter un bien immobilier neuf ?

Les Français disposent d’un large éventail d’avantages à l’achat d’un bien immobilier neuf.

Des réductions de frais de notaires : l’achat d’un logement neuf induit le paiement de frais d’acquisition équivalents à 2 ou 3 % du prix du bien, contre 7 ou 8 % pour un bien dans l’ancien. Cette différence est due à des frais de notaires et à une taxe de publicité foncière moins importantes pour les acquisitions de logements ayant moins de 5 ans.

Pas de taxe foncière : sur présentation des justificatifs requis par l’administration fiscale, l’acquéreur d’un bien neuf peut être exonéré totalement ou partiellement pendant deux ans du paiement de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB). Ce repos fiscal est étendu à 5 ans si le bien fait partie d’un programme résidentiel neuf respectueux des normes de performance énergétique labellisé BBC 2005 (Bâtiment Basse Consommation).

La réduction de la TVA : le taux de TVA applicable est réduit à 5,5 % contre 20 % pour les autres cas. Plusieurs conditions sont applicables à la réduction de la TVA à l’achat d’un bien immobilier neuf :

  • Le bien doit être construit dans en zone ANRU (zone d’aménagement et de rénovation urbaine), NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain) ou en QPV (Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville) ;
  • Les ressources de l’acquéreur ne doivent pas dépasser un certain plafond, ce dernier étant différent d’une région à l’autre.
  • L’acquéreur doit s’engager à occuper le bien immobilier neuf pendant au moins 8 mois par an, en tant que résidence principale et en garder la propriété pendant au moins 10 ans.

Des réductions fiscales : dans le cadre de l’achat d’un bien immobilier neuf à l’île de la Réunion, l’acquéreur peut profiter du dispositif Pinel Ile de la Réunion. Découvrez toutes les informations à jour dans notre article spécial à ce sujet.

Omniprésent dans chaque étape de l’achat immobilier, le notaire est un officier public bénéficiant d’une délégation de puissance publique c’est-à-dire de l’État. Revenons sur son intervention dans le cadre de l’acquisition d’un bien.

(Source : Le notaire, un expert de l’immobilierNotaires.fr)

Portrait-robot du notaire en matière d’immobilier

Le notaire est un juriste dont sa mission, d’autorité publique, consiste à préparer des contrats sous la forme authentique pour ses clients. Il s’agit d’une fonction libérale.

Il dispose d’une base de données immobilière régulièrement alimentée par tous les notaires de France, aussi, l’outil est particulièrement complet et toujours à jour.

Il possède une connaissance pointue du marché et des prix qui se pratiquent sur le marché de l’immobilier ainsi que des mécanismes propres à ce secteur.

Du fait de son expérience et des informations dont il dispose, il met ses compétences au service de ses clients lorsqu’il faut déterminer la valeur d’un bien et procéder à une expertise immobilière.

Les diverses missions du notaire lors de l’achat d’un bien

C’est généralement au notaire que l’on s’adresse notamment pour :

  • Chercher et demander l’identité des parties au contrat, leur statut matrimonial ;
  • Vérifier le titre de propriété du vendeur, la situation hypothécaire du bien, les servitudes conventionnelles et les règles d’urbanisme applicables ;
  • Purger les droits de préemption ;
  • Superviser la signature de l’avant-contrat de vente et de l’acte définitif ;
  • Vérifier l’existence des diagnostics préalables à la vente, avant la signature de l’avant-contrat.
  • Les formalités administratives (déclarations préalables, purge des droits de préemption…) ;
  • Le calcul des différentes taxes et leur déclaration à l’administration fiscale ;
  • Procéder à la « publicité foncière », c’est-à-dire à l’enregistrement de la situation juridique du bien auprès du Service de publicité foncière.

Le notaire est un intervenant central dans le cadre de l’achat d’un bien immobilier. Si aucune loi n’impose sa présence, par exemple, lors d’un acte sous seing privé, elle peut rendre les choses plus faciles en cas de litige. Aussi, ce professionnel est le garant d’une transaction en toute transparence pour les deux parties !

L’excitation est à son comble : vous avez décidé d’acheter une maison ou un appartement neuf. Si cette nouvelle mérite d’être célébrée, il convient de préparer le terrain pour une acquisition sereine, transparente et réussie sur tous les points. Voici nos conseils.

Bien immobilier neuf : définition

On appelle bien immobilier neuf, un logement en cours de construction, à construire ou construit depuis 5 ans maximum, qui n’a jamais été revendu par son tout premier propriétaire ou qui n’a pas été habité.

Quels avantages à acheter un bien immobilier neuf ?

Le marché de l’immobilier neuf ne connaît pas de répit et pour cause, il séduit encore et toujours grâce aux nombreux avantages qu’il confère aux acquéreurs :

L’exonération partielle ou totale de la taxe foncière : cette condition s’applique durant les deux années qui suivent la fin des travaux de construction du bien neuf. Elle est appliquée par de très nombreuses communes en faveur des propriétaires.

Les frais de notaire réduits : si habituellement les frais de notaires sont soumis à un barème précis, dans le cadre de l’achat d’un bien neuf, ils s’élèvent à 2,5% du montant total de l’acquisition.

De nombreuses garanties constructeur : Elles sont au nombre de 4

  • La garantie de parfait achèvement, qui est valide pendant un an ;
  • La garantie dommage-ouvrage, qui couvre les malfaçons, est valide pendant 10 ans ;
  • La garantie biennale, valide pendant 2 ans, couvre les équipements du logement ;
  • La garantie décennale couvre les dommages importants pendant 10 ans.

Des économies d’énergie et des équipements aux dernières normes : une maison ou un appartement bien mieux isolé et équipé aux dernières normes permet de faire des économies conséquentes sur les factures d’eau, de chauffage et d’électricité !

Les équipements et aménagements sont contemporains : cuisine et rangements, type de sol et diamètres des carrelages etc…

Choisir un bien immobilier neuf

Prenez le temps de choisir un bien immobilier qui corresponde véritablement à vos attentes et à vos besoins. Si une maison ou un appartement retient votre attention uniquement grâce à son aspect esthétique, il est important de ralentir et de prendre en considération d’autres facteurs. N’oubliez pas que l’accompagnement d’un agent immobilier certifié est la garantie de trouver le logement parfait en tout point !

Quel est votre budget ?

L’achat d’un bien immobilier induit des frais qu’il est important de prévoir :

  • Le crédit immobilier, qui comprend le fameux TEG (Taux effectif global), c’est-à-dire :
  • Les frais liés à l’ouverture du dossier auprès de la banque et de son instruction du dossier ;
  • Les frais d’assurance-emprunteur obligatoire ;
  • La garantie au prêteur, qui garantit le crédit ;
  • Les frais de notaires ;
  • Les droits d’enregistrement ;
  • La commission de l’agence immobilière ;
  • La TVA, dont le taux varie en fonction de plusieurs facteurs ;
  • La taxe d’habitation et la taxe foncière ;
  • Les frais de déménagement ;
  • Les frais de copropriété, si le bien se situe dans un tel cadre.

Quelles sont les caractéristiques du logement neuf ?

Si le bien neuf qui vous intéresse est à construire ou en cours de construction, comment vous projeter dans un espace visible uniquement sur plan ou inachevé ? La réponse est simple, grâce aux nouvelles technologies, il est aujourd’hui possible de découvrir le résultat d’une construction avant même qu’elle sorte de terre ! Contactez-nous ou visitez notre site internet pour découvrir les photos en 3D de nombreux projets immobiliers en cours de réalisation.

Quelles sont les étapes d’achat d’un logement neuf ?

L’achat d’un logement neuf est divisé en 3 étapes qu’il est important de connaître en amont :

  • La signature du contrat de réservation, également appelé contrat de prévente ou contrat préliminaire, avec le promoteur ;
  • La signature de l’acte de vente chez le notaire, qui officialise la vente ;
  • La réception du bien.

L’achat d’un bien immobilier neuf ne s’improvise pas, aussi, en l’absence de connaissances du marché et de la législation, faites-vous accompagner par un agent immobilier professionnel.

Si vos finances ou vos convictions personnelles vous poussent à louer une maison ou appartement plutôt qu’à l’achat d’un bien immobilier, voici ce qu’il faut retenir sur un tel choix.

Des loyers qui augmentent moins rapidement que les prix de l’immobilier

C’est un fait, en France, les prix de l’immobilier continuent à grimper contrairement aux loyers, qui augmentent, certes, mais restent plus accessibles dans une certaine mesure au plus grand nombre.

Une exonération des impôts fonciers

En tant que locataire, vous n’aurez pas à payer la taxe foncière, qui revient au propriétaire. Seule la taxe d’habitation vous incombe, d’autant plus que vous pouvez demander un prélèvement mensuel pour adoucir vos finances.

Quelles sont les dépenses liées à la location d’un appartement ou d’une maison ?

Tandis que le propriétaire doit payer les frais de notaires, taxes, etc., dans le cadre de l’achat d’un bien immobilier, le locataire quant à lui doit uniquement se préoccuper des frais d’agence, du dépôt de garantie, des loyers, des charges et de la taxe d’habitation, chaque année.

Une plus grande flexibilité pour changer de logement

La location d’un appartement ou d’une maison fait obligatoirement l’objet d’un bail. Ce document est certes un document qui lie le locataire à son propriétaire, mais surtout, il peut être rompu. Bien entendu, pour bien faire les choses, il convient de respecter les délais et conditions pour quitter le logement.

Une situation financière plus sereine

Être propriétaire, c’est accepter de payer chaque mois un crédit, des frais d’hypothèque, des frais de notaires, mais aussi, des travaux votés par l’assemblée générale… Les premières dépenses liées à l’achat d’un bien immobilier nécessitent non seulement de contracter un crédit auprès de la banque, mais aussi la constitution puis la livraison d’un apport personnel. Quant au locataire, outre les frais mentionnés plus haut, il n’a plus qu’à se soucier du loyer et des charges, voire de la taxe d’habitation si elle est mensualisée.

Une totale indépendance par rapport aux aléas du marché immobilier

Le locataire n’a pas besoin de s’inquiéter de l’augmentation des taux d’intérêt, des prix fluctuants en cas de revente, etc.

Bien entendu, ces critères ne doivent en aucun cas ternir votre projet d’achat immobilier, si vous prévoyez de devenir propriétaire dans quelques années. En effet, en restant locataire pendant quelques temps, cela vous permet justement d’économiser suffisamment d’argent pour constituer un apport solide, afin d’investir dans la pierre, comme ces nombreux Français qui ont décidé de sauter le pas après mûre réflexion.

N’oubliez pas que votre agent immobilier est votre meilleur allié pour choisir entre la location et l’achat. En tant que professionnel du secteur, il sait vous conseiller, par exemple, sur le meilleur moment pour acheter. Il est également votre meilleur atout pour trouver un logement à louer répondant à vos exigences !

Voir Partie 1

Entre ceux qui conseillent d’acheter un bien immobilier et ceux qui préconisent la location, il peut parfois être difficile de prendre la décision qui convient le mieux à votre situation, vos envies et vos besoins. Pour vous aider à choisir, voici un retour objectif sur les deux alternatives, l’achat et la location d’une maison ou d’un appartement.

Pourquoi opter pour l’achat d’une maison ou d’un appartement ?

L’accession à la propriété comporte de très nombreux avantages concrets : sentiment de stabilité, de liberté de disposer de son bien en permanence, d’être à l’abri d’une rupture de bail pour cause de vente, etc. De nombreux Français ont sauté le pas en achetant un bien. Certains souhaitent le conserver longtemps, d’autres le mettent en location, d’autres encore le rénovent puis le revendent… les possibilités sont nombreuses pour transformer cette aventure en pari gagnant !

Achat immobilier : un investissement à long terme

L’immobilier fait depuis longtemps partie des valeurs refuges, cette forme d’investissement permettant d’obtenir une rentabilité à long terme intéressante. En cette période d’instabilité économique, il est essentiel d’investir son argent de manière efficace, dans un secteur dont on sait que la valeur augmente continuellement.

Entre temps, au fur et à mesure que vous rembourserez votre crédit immobilier, vous accumulerez des capitaux propres ainsi qu’une valeur nette. Par la suite, si vous le souhaitez, vous pourrez revendre votre bien afin de détenir un capital important au moment de la retraite.

Des avantages financiers intéressants

Quelques exemples d’abattement fiscaux dans le cadre d’un achat immobilier :

  • En achetant un bien neuf, les frais d’acquisition représentent entre 2 et 3 % du prix d’achat du bien immobilier (contre 7 à 8 % dans l’ancien).
  • Plusieurs abattements sur les droits de succession et les impôts (notamment les impôts sur la fortune immobilière – IFI), selon des conditions spécifiques ;
  • Un crédit d’impôt sur tous les travaux de rénovation énergétique (CITE). Lisez l’article « Les aides à la rénovation énergétique » de l’Adil de la Réunion.

Une plus grande stabilité financière à long terme

En devenant propriétaire, il est plus facile de rationaliser les dépenses à long terme associées au bien immobilier. Contrairement à une location, dont le loyer peut être augmenté chaque année, l’achat permet de projeter les coûts en assurance et en taxe foncière.

Un foyer qui vous ressemble

Acheter un bien immobilier c’est avoir enfin la possibilité de construire littéralement un foyer à son image. En effet, en obtenant toutes les autorisations nécessaires, vous avez le droit de développer, exploiter, modifier votre maison ou votre appartement en fonction de vos envies et de vos besoins sans avoir à rendre de compte à une tierce personne.

Un patrimoine parfait pour vos héritiers

En achetant un bien immobilier, celui-ci peut être légué à vos descendants, y compris de votre vivant si vous le souhaitez. Ces derniers peuvent ainsi en jouir ou alors le revendre afin d’en retirer un capital dont ils pourront se servir à leur guise.

L’achat immobilier, un projet de vie gagnant sur de nombreux plans

L’achat d’un bien immobilier comporte de nombreux avantages, à condition de bien réfléchir à ce que l’on souhaite sur le long terme. Demandez toujours conseil à votre agent immobilier afin de faire le meilleur choix, en prenant en considération vos attentes et ceux de vos proches.

Voir Partie 2

Si vous prévoyez d’investir dans l’immobilier, peut-être avez-vous la possibilité d’acheter un appartement ou une maison avec des travaux à prévoir. Cette option est-elle plus intéressante qu’acheter dans le neuf ou au contraire ? Les points essentiels à retenir pour choisir la meilleure option.

Acheter un bien immobilier sans travaux

Lorsqu’on décide d’acheter un bien immobilier sans travaux, c’est généralement parce que l’on pense que c’est l’option la plus saine financièrement. Pour mettre toutes les chances de votre côté et trouver le bien qui corresponde exactement à vos besoins et à vos attentes, il est préférable de vous tourner vers un professionnel de l’immobilier. Celui-ci vous accompagnera dans la sélection des critères qui vous tiennent à cœur tout en vous conseillant sur la meilleure approche, dans le choix des divers biens à visiter, dans les visites et les démarches administratives qui accompagnent un achat immobilier.

2 principaux avantages à acheter un bien immobilier sans travaux 

  • Rationalisation du budget d’achat et des frais annexes ;
  • Mise sur le marché rapide, s’il s’agit d’un investissement locatif

Acheter un bien immobilier avec travaux

Si vous optez pour un bien avec travaux, vous devrez prévoir le coût des travaux en plus de celui d’achat et des frais annexes. Toutefois, cette option est intéressante et pour plusieurs raisons :

  • Une différence de prix au mètre carré tangible entre le neuf et l’ancien ;
  • Des aides financières pour les travaux de rénovation (éco-prêt à taux zéro « copropriété », Maprimerenov’ copropriété, Aide à la rénovation de l’ANAH, Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), etc.) ;
  • Une meilleure marge de négociation avec le vendeur ;
  • Possibilité de réaliser une plus-value importante lors de la revente ;
  • Possibilité de modeler le bien exactement en fonction de ses envies et besoins.

Comment estimer le coût des travaux de rénovation d’un bien immobilier ?

Avant l’achat, il est important de procéder à une estimation des coûts de travaux de rénovation qui seront nécessaires. Avant tout, il convient de déterminer s’il s’agit d’un rafraîchissement des lieux, moyen, ou de travaux de rénovation lourds.

L’idéal est de demander l’aide d’un professionnel qui va analyser les lieux et déterminer les travaux par ordre de priorité : toit, murs, isolation, sols, planchers, cave, chaudière, électricité, plomberie, ventilation, etc.

Choisissez un professionnel réputé pour la qualité de ses travaux, sa transparence et qui fait l’objet d’avis positifs sur internet. N’hésitez pas à demander conseil à votre agent immobilier, qui pourra ainsi vous faire profiter de son réseau.

Acheter un bien immobilier en copropriété induit que vous allez vivre au sein d’un voisinage. Pour éliminer toute appréhension, voici nos conseils pour un quotidien serein et courtois en toutes circonstances.

Copropriété : définition

On parle de copropriété lorsqu’un bien, qu’il s’agisse d’un appartement est inclus dans un immeuble ou d’une maison bâtie sur un terrain dont la propriété est divisée en lots et répartie entre plusieurs propriétaires.

Au sein de la copropriété, chaque propriétaire possède également une « quote-part » des parties privatives (hall d’entrée, couloir, escaliers, toit, jardin/espace vert, voies d’accès). Pour en savoir plus que les règles applicables à la copropriété, aux droits et devoirs des copropriétaires, consultez la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 et le décret du 17 mars 1967.

La courtoisie entre copropriétaires

La courtoisie va de soi lorsqu’on vit en collectivité, peut-être même plus au sein d’une copropriété. Il existe certains « codes » tacites qui, appliqués au quotidien, maintiennent la bonne entente générale :

  • Tenir la porte aux personnes qui entrent ou sortent en même temps que vous ;
  • Bonjour dans les couloirs ou dans l’ascenseur ;
  • Un coup de main lorsqu’un voisin transporte un objet lourd.

Il suffit parfois de peu pour créer une atmosphère agréable et sympathique dans la copropriété.

La gestion des nuisances

Si la copropriété induit que l’on vit au sein d’une collectivité, mais dans son logement privé, il est important de respecter les règles communes. Horaires autorisés pour les travaux, gestion des animaux de compagnie, des enfants, bruits, maintenez la bonne entente générale en soignant ces aspects de votre vie quotidienne.

Une utilisation respectueuse des parties communes

En tant que copropriétaire, vous allez partager l’utilisation des parties communes avec les autres résidents de l’immeuble ou de la propriété. Escaliers, couloirs, hall, paliers : utilisez ces espaces sans pour autant y entreposer vos objets personnels ou encore vos poubelles.

L’aspect extérieur de l’immeuble

Que dit le règlement de votre immeuble concernant, par exemple, la pose d’un sèche-linge sur le bord de fenêtre de votre appartement ou la barre de sécurité de votre balcon ? S’il s’agit ici d’un exemple, les interdits peuvent être nombreux, aussi, prenez le temps de connaître les règles destinées à protéger l’aspect extérieur de votre copropriété.

L’utilisation du local à poubelles

Cet espace a beau être destiné à recueillir les ordures de la copropriété, il n’est pas question de poser vos déchets à côté des containers prévus à cet effet ! Respectez également les bennes destinées au tri sélectif, si votre immeuble en est équipé.

L’utilisation de l’ascenseur

Outre la courtoisie lorsqu’on entre et sort de la cabine, respectez l’utilisation de ce dispositif très pratique pour chaque habitant de la copropriété. Quel est le poids maximal transportable ? Votre animal de compagnie est-il entraîné à faire ses besoins uniquement à l’extérieur ?

La vie en copropriété induit que l’on accepte de respecter certaines règles de savoir vivre pour le bienêtre de tous. En suivant le règlement de l’immeuble ou de la « copro » à la lettre, vous jouirez de votre bien en toute sérénité et dans une entente collective parfaite !

Voici une question qu’on peut légitimement se poser dans le cadre d’un projet d’achat immobilier. En choisissant un appartement, l’étage où se situe le bien est-il important ? Comment cette décision peut-elle rendre un investissement immobilier rentable ? Dernier étage, étage élevé, rez-de-jardin, rez-de-chaussée, de cours, achetez malin à partir des réponses dans cet article !

Acheter un appartement situé au rez-de-chaussée

Dans la très grande majorité des cas, les appartements en rez-de-chaussée sont vendus entre 20 et 40 % moins cher que ceux situés en étage. Dans le cadre d’un investissement locatif, ce choix peut être toutefois moins intéressant, le prix du loyer étant généralement inférieur de 10 à 20 %.

Comment rendre cet investissement intéressant ?

  • Choisissez un bien immobilier situé de préférence en rez-de-jardin ;
  • Améliorez tous les points qui peuvent susciter de l’inquiétude auprès des futurs locataires (chauffage si requis, intimité, sécurité des lieux, etc.)

La gestion locative pour raccourcir, voire éviter les périodes de vide locatif

La gestion locative est sans aucun doute la meilleure stratégie à adopter pour trouver rapidement un locataire, y compris en cas de démission du précédent. Cette solution permet au propriétaire de déléguer :

  • La gestion des contrats de location ;
  • La recherche de locataire ;
  • Le suivi du paiement des loyers ;
  • Les contrôles périodiques de l’état du logement ;
  • La délivrance des quittances ;
  • Les réparations ;
  • La régularisation des charges ;

Acheter un appartement situé en étage dans un immeuble sans ascenseur

Investir dans un appartement situé dans un immeuble sans ascenseur peut être intéressant au niveau prix et de la manière suivante :

  • Situé au 3e étage, le prix diminue d’environ 10 % ;
  • Situé au 4e étage, il baisse d’environ 15 % ;
  • Situé au 6e étage, d’environ 20 %

Acheter un appartement situé sous les toits

Ce type de bien peut être difficile à revendre, notamment si le logement se trouver dans un immeuble dépourvu d’ascenseur. Ajoutons à cela l’isolation, notamment contre la chaleur, ce qui nécessite d’investir également dans des travaux. Si vous souhaitez néanmoins investir dans un tel bien, demandez conseil à votre agent immobilier, qui vous indiquera les meilleures localisations, afin de tirer la meilleure plus-value possible.

Acheter un appartement situé en étage intermédiaire

Si vous préférez investir dans un appartement dont vous êtes certain dès le départ qu’il sera recherché pour la location, ou qu’il ne nécessite pas de gros travaux pour la sécurité ou l’isolation, le bien situé à étage intermédiaire est la meilleure solution.

Attention toutefois à bien vous faire accompagner pour équilibrer le ratio rentabilité / prix d’achat.

Quel que soit l’étage auquel se trouve l’appartement que vous souhaitez acheter, prenez toujours le temps de bien étudier les différents critères qui vous permettront ensuite d’optimiser sa location ou sa revente ! Votre agence immobilière répondra à toutes vos interrogations pour un investissement durable, serein et réussi.