Articles

Si vous projetez d’acheter une résidence secondaire, qu’il s’agisse d’un appartement ou d’une maison, avez-vous réfléchi aux taxes qui vont découler de cet investissement immobilier ? En effet, la fiscalité est un élément essentiel pour tout projet d’acquisition d’un logement, y compris secondaire.

Définition d’une résidence secondaire

Contrairement à la résidence principale, unique, la résidence secondaire est un bien immobilier qui n’est pas occupé en permanence par son propriétaire.

Quels impôts pour la résidence secondaire ?

La résidence secondaire est soumise à deux taxes en particulier, y compris si elle n’est pas occupée par son propriétaire :

  • La taxe foncière : modifiable chaque année et calculée selon la valeur locative cadastrale du bien ;
  • La taxe d’habitation et d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM)

Plus-value sur la résidence secondaire

Lorsqu’un propriétaire revend sa résidence secondaire, si le prix qu’il en retire est plus élevé que celui déboursé à l’achat, il fait ce que l’on appelle une plus-value immobilière.

Dans le cadre de la vente d’une résidence principale, la plus-value n’est pas soumise à imposition, contrairement à la résidence secondaire. En effet, le vendeur doit payer entre 9 % et 12,3 % à titre de prélèvements sociaux si la plus-value est inférieure à 50 000 €. Si elle est supérieure à cette somme, il devra ajouter une taxe supplémentaire qui oscille entre 2 et 6 %.

Les abattements sur les montants de plus-value immobilière

La loi prévoit des abattements et exonérations dans les cas suivants :

Abattement :

10 % sur la plus-value par année de détention si la résidence secondaire a été possédée par le même propriétaire pendant 5 années minimum. Cela induit donc qu’au bout de 15 années de détention, le propriétaire est totalement exonéré d’impôt sur la plus-value réalisée sur la vente de sa résidence secondaire ;

Exonération :

  • Si la plus-value est de 1000 euros maximum ;
  • Si l’argent tiré de la résidence secondaire va financer l’achat d’une résidence principale ;
  • Si la résidence secondaire est donnée à un bailleur social ;
  • Si le bien est sinistré avant la revente ;
  • Si le propriétaire perçoit des revenus modestes et qu’il est titulaire d’une pension de retraite ou d’une carte d’invalidité.

L’achat d’une résidence secondaire nécessite de la réflexion puisqu’il induit le paiement de frais supplémentaires auxquels vous n’avez peut-être pas pensé au premier abord. Pour un investissement qui soit entièrement à votre avantage, demandez conseil à un agent immobilier professionnel. Ses connaissances pointues en matière de fiscalité immobilière vous permettront de choisir un appartement ou une maison secondaire qui cadrera avec vos capacités financières.

L’achat d’une résidence secondaire n’est pas anodin. S’il s’agit avant tout de trouver un bien immobilier qui vous fera plaisir, il est également important de prendre en considération des aspects plus prosaïques. Voici quatre pistes qui vous permettront de réussir votre investissement.

Pourquoi acheter une résidence secondaire ?

Si vous projetez d’acheter une résidence secondaire, commencez par établir un objectif assez précis :

  • Sera-t-il occupé par votre famille et vos proches ?
  • À quelle fréquence : durant les congés et/ou les week-ends ?
  • Souhaitez-vous plutôt le mettre en location ?
  • Est-ce un investissement pour la retraite ?
  • Souhaitez-vous investir pour faire une plus-value sur le long terme ?

En fonction de vos réponses, vous pourrez choisir, par exemple, un bien situé plus ou moins à proximité de votre résidence principale, ou alors, une construction à rénover, voire un bien suffisamment proche des commodités, etc.

Demandez conseil à un agent immobilier expérimenté pour vérifier la faisabilité de votre projet en fonction de vos besoins et envies.

Une résidence secondaire destinée à la location ?

Si vous souhaitez louer votre future résidence secondaire lorsque vous ne l’occuperez pas, prenez en considération l’aspect administratif et pratique. Par exemple, êtes-vous prêt à déménager vos effets personnels plusieurs fois par an pour laisser les lieux à vos locataires ?

Quel type de bien acheter ?

Appartement ou maison ? Les deux options comportent des avantages :

L’appartement : moins cher à l’achat que la maison pour une surface équivalente, à moins de miser sur une ville prisée. Prévoyez toutefois des frais de copropriété, les frais communs pour l’entretien de l’immeuble.

La maison : espace extérieur, aménagement personnalisé, la maison est le choix idéal si vous disposez d’un budget suffisamment solide pour son entretien. Ce dernier point est à prendre en considération si votre résidence secondaire n’est pas occupée en permanence.

Une fiscalité en votre faveur

Choisissez le bon endroit pour acheter votre résidence secondaire ! Trois postes de dépenses supplémentaires sont à décortiquer si vous souhaitez concrétiser votre projet :

  • La taxe foncière ;
  • La taxe d’habitation ;
  • La taxe d’enlèvement des ordures ménagères ;
  • Éventuellement la redevance télé, si vous n’y êtes pas assujetti.

Bon à savoir

Les propriétaires ne sont pas éligibles aux plafonnements et abattements fiscaux sur leur résidence secondaire.

Les communes qui imposent une taxe sur les logements vacants peuvent également appliquer une taxe d’habitation majorée à hauteur de 60 % !

Les loyers perçus sur une résidence secondaire sont imposables en tant que Bénéfices industriels et commerciaux (BIC).