On dénombre aujourd’hui 9 diagnostics obligatoires et d’autres facultatifs. Leur objectif est d’assurer à l’acquéreur que son futur bien immobilier est en bon état. Baptisé « lèpre des maisons », le mérule est un champignon dévoreur de bois dont il vaut mieux se passer. Concentrons-nous sur son diagnostic, facultatif, mais dont le Ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales souhaite renforcer la prévention.

Portrait-robot du mérule

Le mérule (Serpulalacrymans) est un champignon lignivore, c’est-à-dire qu’il se nourrit de bois. Pour proliférer, il a besoin d’un environnement humide, d’un climat tempéré et d’une construction dont le bois confiné et mal entretenu. D’une teinte orangée au départ, il devient semblable à des toiles d’araignée une fois à maturité.

Pourquoi le mérule est-il dangereux ?

Le mérule met en danger l’intégrité des bâtiments, car il fragilise les charpentes. Dans les cas les plus graves, les bâtiments infestés finissent par devenir inhabitables, car irréparables. En effet, ce champignon vit littéralement dans la structure du bois, aussi, il est difficile à détecter.

Sa détection en temps et en heure grâce au diagnostic mérule permet de mettre en place un traitement à base de fongicide et d’une meilleure aération.

En tant que vendeur, pourquoi avez-vous intérêt à demander un diagnostic mérule ? Tout simplement pour vendre rapidement votre bien y compris si un traitement est nécessaire.

Pas d’obligation de diagnostic, mais un renforcement de la prévention

Dans sa réponse publiée dans le Journal officiel du Sénat du 26/03/2020, le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales veut qu’au-delà du dispositif législatif et réglementaire existant, l’accent soit mis sur la prévention du risque de mérule. Pour cela, des informations seront mises à disposition sur le site des préfectures et des ministères en charge de la construction et de l’environnement. Elles seront complétées par la mise en disposition du guide « Prévention et lutte contre les mérules dans l’habitat », réalisé en collaboration avec l’agence nationale de l’habitat (Anah).

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *